Il y a quelques temps, je m’étais interrogée sur « comment en arrive-t-on à devenir contrôleur ?». C’est vrai, je n’ai jamais entendu un gamin me dire « moi quand je serai grand, je serai contrôleur à la SNCF !». Et puis j’ai eu à rencontrer une autre catégorie de personnel de la SNCF, les agents de sureté ferroviaire, amoureusement surnommé SUGE (pour sureté générale), et là je me suis dit, « MAIS COMMENT EN ARRIVE-T-ON A DEVENIR UN MEMBRE DE LA SUGE ????!!!!! » (Vous sentez l’effroi qui me gagne ?). Non parce que finalement, contrôleur, ça me parait aussi louable que les actions de mère Teresa à côté de mes nouveaux petits copains !

Un membre de la SUGE, à quoi ça ressemble ? A ça :

article_0903-TOU03-Policeferroviaire02

Alors, les mecs, je vous le dis tout de suite, si vous avez choisi ce job pour le fantasme de l’uniforme que c’est censé provoquer chez les filles, y’a maldonne. Les filles, ça peut fantasmer sur les uniformes des pompiers, des militaires, des pilotes de lignes mais ça fantasme surtout sur ce qu’il y a à l’intérieur de l’uniforme. Parce que dans l’inconscient collectif, un pompier, une fois sorti de son uniforme, ça ressemble à un mec de la pub Coca qui fait les vitres torse nu, c’est sexy en diable, on a plus jamais envie qu’il se rhabille, et en plus il sauve des vies… graouuuu ! La démonstration se décline pour les militaires, les pilotes de lignes etc… mais elle ne marche pas pour la SUGE. Pour ma part, les agents de la SUGE que j’ai pu rencontrer tenaient plus d’Homer Simpson une bière à la main, et le ventre bedonnant que de Monsieur le laveur de vitres de la Pub Coca…

Les filles ça n’aime pas les contrefaçons. Et la SUGE, c’est le sac Vuitton contrefait qu’on a acheté sur le marché de Vintimille, c’est le canada dry des gendarmes, et ça, ça fait ne pas fantasmer. 

On peut envisager que ce métier soit choisi pour des raisons d’autorité. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais souvent, quand un petit esprit se trouve armé et en uniforme, il se met à rouler des mécaniques, se sent fort et puissant, et surtout pense pouvoir avoir une once de pouvoir sur vous, pauvre être désarmé (mais pourvu d’un cerveau en bon état de marche). Et là, forcément ça coince.

Arme vs cerveau… sachant que moi j’ai le droit de me servir de mon cerveau et que lui n’a pas le droit de se servir de son arme (du moins pas dans les conditions dans lesquelles je rencontre mes nouveaux meilleurs amis)… ça provoque forcément des conversations saugrenues, du type de celle que je vous ai raconté il y a quelques jours. Globalement, ça amène à se demander de quels pouvoirs disposent les agents de la SUGE. Non parce que c’est bien beau de leur fournir une arme, une matraque, une ceinture multi-usages pour porter tout ça qui en plus, comprend des petits trous pour glisser ses pouces dedans (et jouer ainsi au cowboy), mais à quoi ça sert ? Globalement, à part à essayer d’impressionner… à pas grand-chose. Ce sont des agents SNCF, qui ne sont pas dotés de pouvoirs de super-héros, ni de pouvoir de police. Ils ne peuvent pas contrôler votre identité, ils n’ont aucun droit de vous fouiller, ni même de vous toucher, et donc de vous empêcher de descendre du train. Ce sont des gardes champêtres déguisés en faux flics… Ils ont le même pouvoir que nous tous, en cas de délit flagrant, pouvoir défini par l’article 73 du code de procédure pénal et qui dispose : «  Dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d'une peine d'emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender l'auteur et le conduire devant l'officier de police judiciaire le plus proche. » C’était bien la peine de se déguiser pout ça franchement…

 

Mais à quoi ça sert alors (je sais, ça fait 2 fois que je pose la question mais je ne deséspère pas de trouver une réponse) ? Spontanément, j’aurais tendance à répondre (pour la deuxième fois aussi) « à rien ». Mais ils ont tout de même une mission sur le  papier :

Les missions de la Suge comprennent donc entre autres :

-        la constatation des déclenchements de signal d'alarme intempestifs (oh là là, je suis impressionnée devant une telle responsabilité !),

-       la constatation de l'absence de titre de transport (même si eux-mêmes ne sont pas chargés du contrôle, nuance subtile peut être un peu trop pour le Sugeman moyen mais bon…).

-       veiller à la sécurité des personnes (agents, voyageurs, ...) et de leurs biens (ça, c’est ce que faisait Monsieur Tonneau lundi dernier en hurlant sur une voyageuse, ou ce que faisait Rosco avec moi en me menaçant)

-       protéger les agents et le patrimoine de l'entreprise

-       veiller au bon fonctionnement du service ferroviaire (ça comprend les horaires ? Parce que si oui, va falloir multiplier les effectifs)

-       apporter aux autres services de l'entreprise des conseils en matière de sûreté (alors là… le Sugeman qui donne des conseils, si quelqu’un assiste à ça, merci de bien vouloir filmer. AU mieux, ça entrera dans les annales comme un cas miraculeux, au pire, ça alimentera mon blog et beaucoup de fous rires)

Et en pratique ? Parce que finalement, c’est ça qui compte. Moi je les ai vus faire, de mes propres yeux :

-       Arpenter les trains pour montrer qu’ils sont là

-       Se poser dans un coin d ‘un train et taper le discut’ avec les contrôleurs alors que quelques dizaines de passagers qui ont payés, eux, sont debout…

-       Suivre les contrôleurs pendant le contrôle, et tenter de faire taire tout usager pas content, en haussant le ton, roulant des mécaniques, et user du mononeurone pour faire une phrase de 4 mots (faute de grammaire incluse)

-       Hurler sur des clients (en usant des 1000 mots de vocabulaire à peu près maitrisés)

-       Se faire invectiver par d’autres clients qui leur ont savamment rappelé que face à un usager en règle, qui ne dégradait rien, ils n’avaient qu’un seul droit : la boucler

-       Je les ai aussi vu faire monter le niveau intellectuel d’un groupe en s’accompagnant d’un gentil toutou (j’aime les chiens !)

Et puis j’ai reçu un témoignage qui m’a fait mourir de rire… j’ai demandé à son auteur si je pouvais en citer des extraits. Promis dès que j’ai une réponse, je vous livre les détails croustillants de l’anecdote.

 Pour terminer, et pour répondre à Rosco sur le droit de photographier… je ne peux qu’entériner mes craintes : les cours de droit n’ont pas suffi ! Donc, pour votre parfaite information, les photographies à usage amateur SONT autorisées en gare… à bon entendeur !

 Capture

En attendant, vivement le prochain contrôle !