Ah la neige, les grands froids et les chapkas !

Le parisien est habitué à la pluie, au ciel gris mais peu à la neige et aux grands froids. Certes il neige quasiment tous les ans à Paris, mais la durée d’un flocon de neige parisien est en général limitée au point qu’il meure souvent avant même d’avoir touché le sol. La neige qui tient dans Paris, c’est rare, faute à la pollution toussa toussa… De plus, même s’il neige tous les ans, il faut rarement plus de 48h pour que toute trace disparaisse. Ca ne laisse finalement que quelques jours par an pour faire des igloos et autres bonshommes de neige.

Sauf que la neige et le froid à Paris, ça fait ressortir tout un tas de trucs des armoires, parfois le meilleur, souvent le pire, majoritairement décalé parce que non, nous ne sommes pas dans une station de sports d’hiver.

Les deux trucs les plus flagrants dont les chaussures, et les chapeaux.

Les parisien(ne)s ne sont pas tout à fait comme les New Yorkais (surtout valable pour les femmes). En véritables femmes fatales et coquettes (nous avons une réputation à tenir nan mais oh!), nous arpentons les couloirs du métro en escarpins de 10 cm et arborant un petit air de même pas peur. On rentre avec les pieds en compote mais nous aurons été seyantes en toutes circonstances. Oui mais voilà, talons, attente sur les quais, froid polaire et neige ne font pas bon ménage. C’est ainsi que sont ressorties des armoires, les bonnes vieilles Moon boots initialement aérées une semaine par an, par le grand air de la montagne. Force est de constater que les fabricants de Moon boots et consorts font preuve d’une imagination débordante. A la montagne, partiellement cachées sous les pantalons de ski, on ne les remarque pas… mais dans le métro… Si vous voulez un aperçu de ce qui s’est pratiqué cette semaine, c'est en cliquant sur la photo

photo7

Coté chapeau, ça se gâte. Si l’on excepte les traditionnels bonnets et chapkas, on peut constater que certaines passions, voire personnalités se révèlent avec le froid. Et c’est ainsi que j’ai pu apercevoir :

1)     Des fans de foot. En bons supporters habitués au courant d’air des stade, ils sont équipés de bonnets, plus ou moins beaux (souvent moins d’ailleurs) sérigraphiés à l’effigie de leur équipe fétiche. Si j’ai croisé assez légitimement pas mal de ceux là :

bonnetpsg-gg

J’ai aussi pu voir quelques spécimens comme cela… autant dire qu’ils vivent un brin dangereusement:

BONNET%20OM%20ESSENTIAL%20L35347

 

2)     Le bonnet de ski : il faut le savoir, j’adore les bonnets de ski, souvent chatoyants, inévitablement munis d’un pompon ou autre accessoire pendouillant, sur les pistes et dans les remontées, je passe mon temps à les observer. Mais croiser ça dans le métro, ça m’a fait sourire.

bonnet-fou-polaire-tubes-multicolores_

 

3)     Les naufragés des parcs d’attraction : quand vous allez au pays de la souris aux grandes oreilles, il n’est pas rare que vous soyez surpris par la pluie ou le froid. C’est dans ces moments que Monsieur Mickey explose le chiffre d’affaire de ses boutiques. Sauf qu’une fois acheté et porté toute la journée au milieu de vos pairs, vous n’osez plus sortir votre joli bonnet orné de grandes oreilles dans le monde civilisé, sauf les jours de grand froid.

bonnet_oreilles_mickey

 

4)     Le bib de mariage : sans doute le plus surprenant. J’ai croisé une dame doudoune / bottes fourrées, qui pour se protéger la tête portait un bibi… oui oui, un bibi, tel celui de Kate. C’est certes très joli (sur Kate) mais ça protège QUE DALLE !!!

Kate-Middleton-bibi-noir-175157_L

 

Voilà, pas de point sur les trains, en retard tous les jours, juste le plaisir de vous faire partager mes sourires de la semaine.