L’actu médiatique « faits divers » de la SNCF est riche en ce moment. Petit focus sur une bien triste histoire.

Les gens qui me connaissent savent que je suis en général assez tranchée dans mes avis , même si je sais bien tout n’est pas blanc ou noir et que les teintes de gris sont innombrables.

Mais là, je suis mitigée…

rails

 La SNCF porte plainte contre un suicidaire

Un jeune homme de 22 ans qui a tenté de se suicider en empruntant les voies ferrées est visé par une plainte de la SNCF pour "entrave à la circulation", selon "Le Parisien-Aujourd'hui en France".

La SNCF a porté plainte contre un jeune homme de 22 ans après qu'il ait tenté de se suicider en marchant sur les rails rapporte Le Parisien / Aujourd'hui en France ce mercredi 12 juin. L'entreprise lui reproche une "entrave à la circulation". Il risque jusqu'à deux ans de prison et 4.500 euros d'amende.

Le suicidaire marchait sur les voies ferrées à proximité de la gare des Mureaux (Yvelines) lundi dernier, lorsqu'il a été repéré par un contrôleur qui a donné l'alerte. "
Deux trains ont été supprimés et une trentaine ont été retardés" suite au déclenchement du principe de précaution explique au quotidien un porte-parole de la société de transports, affirmant néanmoins qu'il y a "un aspect humain dont il faut tenir compte".

Aux secours et à la police, qui l'ont rattrapé 40 minutes plus tard, le jeune homme a avoué souffrir "d'une peine de cœur".

Les suicides, un fléau pour la SNCF

La SNCF invoque "des milliers de personnes pénalisées" pour justifier son attaque en justice. Elle compte donc reproduire cette décision "systématiquement" pour de tels comportements.
En novembre dernier alors qu'il passait devant une commission de l'Assemblée nationale, Guillaume Pépy, le PDG de la SNCF, évoquait des "chiffres catastrophiques" causés par les tentatives de suicide sur le réseau ferroviaire. Le nombre d'actes désespérés aurait augmenté selon lui de "30% en 2012".

Du côté des usagers, le dépôt de plainte est exagéré : "Quelqu'un qui se suicide est déjà dans la détresse. C'est un véritable scandale", dénonce Christine au micro de RTL. Janine, une autre habituée de cette ligne, estime que les passagers "devraient déposer plainte lorsqu'il y a des retards ou des grèves sans préavis"

 

Les accidents de personnes, ou les incidents graves de voyageurs comme on les nomme, sont un véritable problème pour tous les voyageurs quotidiens. Lequel d’entre nous n’a jamais attendu des heures, coincé, au mieux dans une gare, au pire dans un train au milieu de nulle part,  en plein soleil (et sans clim puisque dans ces cas-là, l’électricité est coupée) à cause d’un suicide ? Je ne sais pas si c’est propre à la région parisienne, ou si toutes les régions sont touchées de manière égale, mais entre le métro, le RER et le TER, c’est au moins 5 ou 6 fois par an pour moi. Et à chaque fois c’est 2h dans la vue au minimum… A multiplier par le nombre d’usager d’une ligne, ça commence à faire. Je dois bien avouer que côté SNCF, je comprends la démarche. Cela coute perturbe tout le réseau, et parfois, cela implique également la circulation des TGV. Le bilan financier doit représenter des sommes astronomiques, et comme toute entreprise, elle se doit de lutter contre le phénomène dans la mesure du possible, cela n’est que pragmatisme, et indépendant de l’aspect humain.

Cela étant dit, comment ignorer la détresse de quelqu’un sur le point de mettre fin à ses jours, qu’importe la raison qui le pousse à le faire. Est-il nécessaire d’ajouter à la douleur une plainte qui va clairement se transformer en pot de terre contre pot de fer ? Je n’en suis pas sure. Et la menace de la prison ou de l’amende pour un suicidaire décidé à mener au bout son projet n’aura aucun effet dissuasif.

Si la RATP a trouvé quelques solutions en mettant des systèmes qui empêchent d’accéder aux voies, et ne s’ouvrent qu’en présence d’un métro, on comprend bien que le modèle n’est pas reproductible à la SNCF.

Je suis partagée, et resterais probablement dans des nuances de gris sur ce sujet…